samedi 8 novembre 2014

Ron Paul dénonce le complot en Syrie !

 Comme la vidéo ne se maintenait sur cette page j'ai copié l'adresse.


Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=vUm_uD-bPQ0



Ce membre du Congres américains regrette, en quelque sorte, que l'Etat obéisse d'avantage  aux règles extérieures qu'a celles établies dans son pays.
Cette simple question indépendamment de son développement devrait nous questionner sur les réelles intentions de ces règles internationales établies soi-disant pour la bien de tous et qui ne favorisent que la majorité "régnante".    

jeudi 6 novembre 2014

La vérité sur l'armée israélienne

  

Israël à toujours conçu ses attaques comme étant des représailles y compris lorsque ces attaques ont été provoquées par les colons ou l'armée, elle même.
Le droit de se défendre, le droit de résister est un des principes des Droits de l'Homme lorsque ces deniers sont malmenés, et c'est peu dire, par une puissance occupante.
C'est à dire ce qu'Israël et ses laquais  (dirigeants occidentaux)  on toujours désigné comme étant du terrorisme les actes de résistance palestiniens.
Ce que le sionisme veut c'est que sa victime n'aie la possibilité de se défendre, en le privant de moyens logistiques ou/et le priver de soutient par le lobbying des organisation juives pro sionistes implantés dans chaque pays.

Voir aussi:

La vérité sur la création d'israël

 








La vérité sur la création d'israël


 

Israël s'est crée par le vol des terres palestiniennes et la négation des droits du Peuple de Palestine (Arabes ; Juifs ; Chrétiens).
La résolution 181 de novembre 1947 voté par l'ONU a été entaché du chantage des USA sur les pays du tiers-monde (pour qu'ils votent la résolution) poussés au crime par le lobby juif américain.


Lisez aussi :

La vérité sur l'armée israélienne

lundi 3 novembre 2014

Israël convertit Gaza en une prison de Haute Sécurité



Pas de liberté, la surveillance est omniprésente.

Comment peut-on croire que les israéliens et leur coactionnaires, juifs ou non, son meilleurs que les nazis ? Les nazis allemands étaient immondes, mais que sont les sionistes (juifs ou non) et leurs souteneurs (israéliens ou non)? Et le monde hypocrite acquiesce... 

30-10-2014

Étonnamment, seulement deux mois après la fin de l'attaque a prudemment commencé la reconstruction de Gaza, bombardée à le faire revenir à l'âge de pierre selon les objectifs explicites de la doctrine militaire israélienne connus sous "Dahiya" *.

Selon l'ONU, ont été détruites ou endommagées 100.000 maisons laissant 600.000 Palestiniens (près d'un sur trois) sans-abri ou dans le besoin urgent d'aide humanitaire.
Routes, écoles et la centrale électrique qui alimente les systèmes d'eau potable et des eaux usées sont en ruines. L'hiver froid et humide approche. L'organisation humanitaire Oxfam prévient que, au rythme actuel de travail pourrait coûter 50 ans pour reconstruire Gaza.

Dans quel autre lieu au monde, en dehors des territoires palestiniens, la communauté internationale reste sans rien faire alors que tant de personnes souffrent, non par volonté divine, mais voulu par d'autres êtres humains?

Comme toujours, la raison de ce retard sont les «besoins de sécurité» d'Israël. Gaza peut se reconstruire, mais seulement en fonction des exigences précises établies par les responsables israéliens. Cela s'est déjà produit d'autres fois. Il ya douze ans, les bulldozers israéliens ont rasé le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie au cours de la deuxième Intifada. Israël venait de perdre beaucoup de soldats dans une seule bataille où l'armée se battait dans un dédale de ruelles étroites. Dans les scènes qui ont impacté le monde entier, Israël a réduit en ruines des centaines de maisons.
Alors que les habitants de Jenine vivaient dans des tentes, Israël insistait sur les termes de la réhabilitation du camp de réfugiés. Devaient disparaitre les ruelles qui avaient aidé la résistance palestinienne dans leurs embuscades. A la place, des rues assez larges pour que puissent patrouiller les chars israéliens.
En résumé, ont été sacrifiés aussi bien les besoins humanitaires des Palestiniens que leurs droits, en vertu du droit international de résister à leurs oppresseurs et répondre à la volonté d'Israël de rationaliser l'occupation.

Il est difficile de ne pas voir en termes similaires l'accord conclu au Caire ce mois-ci pour la reconstruction de Gaza.
Les bailleurs de fonds ont promis 5.400 millions de dollars, bien que, sur la base de l'expérience passée, beaucoup de cet argent ne se matérialisera pas. En outre, la moitié ont été immédiatement envoyé à la lointaine Cisjordanie pour payer dette croissante de l'Autorité palestinienne. Personne dans la communauté internationale semble avoir suggéré qu'Israël, qui a vidé Gaza et la Cisjordanie de différentes manières, de prendre en charge les conséquences de ses crimes de guerre et contre l'humanité.
Dans l'ensemble l'accord du Caire a été bien accueillie, même si seulement ont été vaguement défini les termes dans lesquels se reconstruira Gaza. Cependant, les fuites de certains intervenants ont révélé certains détails.
Un analyste israélien a comparé la proposition comme visant à transformer Gaza une prison du tiers-monde en une prison moderne, une solution de sécurité des États-Unis. Son aspect extérieur plus civilisé cachera simplement son véritable but: ne pas faire que la vie de prisonniers palestiniens soit mieux, mais d'offrit des meilleures conditions de sécurité pour les gardiens israéliens.

Les préoccupations humanitaires servent a permettre à Israël de rendre plus efficace un blocus qui dure depuis huit ans et a interdit l'entrée dans Gaza de nombreux éléments essentiels à la survie de la population y compris les matériaux nécessaires à la reconstruction de Gaza après les attaques précédentes.
L'accord confère le contrôle nominal des frontières de Gaza et le transfert de matériaux pour la reconstruction à l'Autorité palestinienne et à l'ONU pour prévenir et affaiblir le Hamas. Mais Israël supervisera et prendra les vraies décisions. Par exemple, il aura un droit de veto sur les entreprises qui devront fournir les d'énormes quantités de ciment nécessaires. Cela signifie que beaucoup de l'argent des bailleurs de fonds finiront dans les poches des fabricants de ciment et des intermédiaires israéliens.
Mais le problème est encore plus grave. Le système satisfera le désir d'Israël de savoir où va chaque sac de ciment ou d'une tige en acier, pour empêcher le Hamas d'utiliser des lance-roquettes et de refaire le réseau de tunnels. Les tunnels, et l'élément de surprise qu'ils offrent, sont la raison pour laquelle Israël a perdu de nombreux soldats. Sans eux, Israël aura la main plus libre la prochaine fois qu'il voudra "couper l'herbe" comme l'ont demandé ses commandants de la destruction répétée de Gaza.
[qui servaient soyons, honnêtes, a faire entrer dans Gaza le minimum nécessaire à la survie de la population.] Et contrairement à la propagande immonde d'Israël, la résistance palestinienne ne s'est pas servi de ces tunnels pour assassiner des civils derrière la ligne du blocus, mais pour mieux résister.  La preuve... , l'armée israélienne bombarde des civils, le Hamas tue des soldats.
La semaine dernière, le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon a averti que la reconstruction de Gaza serait subordonnée à la bonne conduite du Hamas. Israël voulait faire en sorte que "les fonds ne servant pas au terrorisme, donc, nous suivons de très près tous les développements."

L'Autorité palestinienne et de l'ONU devront se soumettre à une base de données supervisé par Israël, les détails de chaque maison qui a besoin d'être reconstruite. Il semble que les drones israéliens surveillés chaque étape franchie sur le terrain.
Israël pourra interdire à toute personne considérée comme militante, concernera toute personne en relation avec le Hamas et le Jihad islamique. Vraisemblablement Israël espère que cela permettra de dissuader la plupart des Palestiniens à rejoindre le mouvement de résistance en Palestine.
Le premier bombardement de 2008/09, devait aussi éloigner la population du Hamas. Dans les fait c'est la contraire qui s'est produit. C'est à dire que l'on va reconstruire Gaza pour que l'armée israélienne puisse la détruire  à nouveau... Les sionistes sont des criminels viscéraux avec lesquels aucune paix n'est possible.
En outre, il est difficile de ne pas supposer que le système de surveillance fournira à Israël avec des GPS à l'appui les coordonner de chaque foyer de la bande de Gaza et les détails de chaque famille, consolidant son contrôle au moment de décider d'attaquer à l'avenir. Et Israël peut exercer un chantage sur l'ensemble du système et éteindre l'interrupteur à tout moment.
Malheureusement l'ONU, dans sa volonté de voir s'améliorer la situation des familles de Gaza ont accepté de se joindre à cette nouvelle version du blocus malgré qu'il viole le droit international et les droits des Palestiniens.
Il semble que Washington et ses alliés sont heureux de voir le Hamas et le Jihad islamique privés de matériaux dont ils ont besoin pour résister à la prochaine attaque d'Israël.
Le New York Times a résumé l'inquiétude: «Quel sens a de collecter et dépenser des millions de dollars [...] pour reconstruire Gaza seulement pour qu'il soit détruit dans sa prochaine guerre?".
Pour certains donateurs exaspérés d'investir de l'argent dans un puits sans fond, faire que Gaza devienne une prison de haute-sécurité semble être un meilleur retour sur investissement.





* "La" Doctrine Dahiya ", nommé ainsi après ce qui est arrivé dans la banlieue de Beyrouth de ce nom qui a été presque totalement détruite lors de l'attaque israélienne contre le Liban à l'été 2006. Cette doctrine a été résumée dans une phrase de Dan Halutz, le chef d'état-major d'Israël à cette époque. Il a déclaré que le bombardement du Liban "retarderaient les horloges et les vingt ans" http://www.rebelion.org/noticia.php?id=79544 (N. de la t.).

Jonathan Cook es un journaliste indépendant résident à Nazareth, il est le lauréat du Prix Spécial de Journalisme Martha Gellhorn. Ses desniers ouvrages son Israel and the Clash of Civilisations: Iraq, Iran and the Plan to Remake the Middle East (Pluto Press) et Disappearing Palestine: Israel’s Experiments in Human Despair (Zed Books). Sa page web est www.jonathan-cook.net. Una version de cet article a été publié à l'origine dans The National, Abu Dhabi.