lundi 16 octobre 2017

L'internationale sioniste



Sur RMC dans l'émission de JJ Bourdin. Christian Estrosi déclare être d'accord avec Macron, il l'à même trouvé pédagogue! 

Quoi d'étonnant, quand tous les deux cautionnent les crimes israéliens… Et ont participé aux mascarades commémoratives à Tél-Aviv. 

Tel-Aviv qui utilise le mémorial de Yash Vashem pour justifier ses crimes. 


Par la suite son discours a été parfait, mais ce qui est sur, lorsqu'un homme soutient le sionisme ne peut pas passer pour un homme honnête. Qui soutiendrai des crimes contre l'humanité et chercher à se faire passer pour un humaniste? Ce sont des beau-parleurs...














jeudi 12 octobre 2017

Renverser l'entonnoir…




 Deux rusés en libation, quelle honte...

Renverser l'entonnoir comme le dit si bien J.J. Bourdin, au sujet du calcul des prix de revient des producteurs. La déclaration d'Emanuel Macron, est incontestablement la première mesure, non seulement juste, mais enfin utile.

Les dirigeants politiques devraient aussi renverser l'entonnoir, en effet la maitrise du budget se fait toujours par une augmentation des taxes, au lieu d'un contrôle des dépenses et en premier les dépenses au profit des élus. Surtout lorsque-elles leur bénéficient directement ou indirectement.

La confiance tel que Macron et plus généralement les dirigeants politiques la voudraient, ne s'obtient pas en accordant des faveurs, mais en faisant honneur au mandant pour lequel ont a consciemment postulé. Et l'honnêteté est la meilleure des garanties. Certainement pas, en favorisant telle ou telle idéologie.  

La première mesure que cette législature aurait du prendre c'était la mesure attendue par tous les français et déclaré par Emmanuel Macron dans sa campagne, greffé sur l'engagement de François Fillon, qui était la réduction des parlementaires. Cette mesure aurait non seulement redonné la confiance indispensable aux français, mais aussi à tous les investisseurs de voir un dirigeants qui agit en toute justice et pour le bien de la Nation au lieu d'agir pour une idéologie et "tirer la couverture à soi" dès que l'occasion se présente, comme on en a pris maintenant l'habitude…

L'exemple est la meilleure disposition pour le respect dans la dignité de tout dirigeant.  La méfiance des français vis-à-vis des politiques est de leur responsabilité exclusive, et elle ne peut être effacé en leur demandant encore et encore des sacrifices tandis que les politiques (hormis, dans doute, les maires des petites villes et villages) vivent grand train sur le dos de la population…

L'engagement politique est devenu une activité où l'on s'y engage pour les avantages qu'elle procure au lieu d'être une vocation. La politique est devenue, oh!, depuis longtemps, un cloaque où rien n'est crédible, on avait la "raison d'état" devenu "la raison du plus fort" comment ces escrocs peuvent encore nous laisser croire qu'ils agissent pour le bien de la Nation ? Leur seul esprit d'intelligence réside dans la capacité à utiliser la sémantique pour nous tromper. Et cela est de notre seule responsabilité.

Des escrocs nous on dit que la professionnalisation était indispensable et je crois  que cette professionnalisation a été l'acte fondateur de la plus grande escroquerie qu'a du supporter la Démocratie.  Ce qui manque le plus dans nos démocraties est l'honnêteté de l'homme, qui ne va pas sans l'intelligence.

En effet: l'intelligence fait accepter un concept, la ruse berne celui qui accepte. S'est malheureusement trop souvent que les dirigeants confondent ces deux principes…  
 

On peut, sans doute, se demander ce que ce post vient faire dans un blog consacré à la Palestine. C'est pourtant facile de comprendre. Le sionisme confond ces deux principes et de la colonisation de la Palestine à la création d'Israël, la ruse, la fourberie, l'hypocrisie, le mensonge ont toujours guidé le sionisme.  Et on peut y ajouter aujourd'hui, l'assassinat, le vol, et le crime contre l'humanité que représente leur gestion d'un territoire qui n'a jamais été le leur.

mardi 10 octobre 2017

Grève…



Grève… est-elle justifié ou non, le problème est moins là, que la dégradation depuis des décennies de la Société. Il n'y a que les dirigeants qui se sont conformés de la pensée dominante, les autres on les à réduit à la vocifération stérile, qui pensent (dans leur turpitude) pourvoir en bénéficier. Et si ont est un peu attentif on peut remarquer, et pour des multiples raisons, cette pensée s'impose petit-à-petit inexorablement.   

 =-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=--=

Ils a des sujets avec lesquels nos principes divergent fortement, il faut cependant reconnaître que chez JJ Bourdin on peut s'exprimer très librement en dehors, justement, de ces principes.
 
Cela à été promis par Fillon (je veux parler de la réduction, non des fonctionnaires, mais des parlementaires devenus les vampires de l'économie) Macron, comme, il l'à fait à chaque promesse, juste, des autres candidats, s'est greffé sur elle et comme des imbéciles on y a cru, or nous savions qu'étant issu de la banque Rothschild, ferait comme Georges Pompidou et œuvrerait pour le grand capital. Affaiblir la Fonction Publique et plus largement les services régaliens des États, est la seule logique de ces prédateurs, pour en prendre les rênes et rendre, à nouveau, les populations du monde à la condition d'esclaves.

Les dirigeants occidentaux jouent de la sémantique, telle une arme de précision. Et seul ceux qui pensent en tirer un profit, qui ne viendra jamais, "tombent dans le panneau" d'une irréflexion, digne de la cupidité la plus acérée…

samedi 7 octobre 2017

La Démocratie !!!





Manifestation palestinienne réprime avec violence 
par le très "démocratique" État colonial israélien.


Etymologie : du grec dêmos, peuple, et kratos, pouvoir, autorité.
Définition de la démocratie était: "pour et par le peuple".

Contrairement à la quasi-totalité des pseudos démocraties, qui se résument à organiser des élections,  "dégomment" tout candidat gênant, influence les électeurs par le moyen de sondages truqués et des médias aux ordres, des gouvernants sans adhésion populaire obtiennent la majorité par défaut.  (Choisir entre la peste ou le choléra)

La démocratie est le régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple (principe de souveraineté), sans qu'il y ait de distinctions dues la naissance, la richesse, la compétence... (principe d'égalité). En règle générale, les démocraties sont indirectes ou représentatives, le pouvoir s'exerçant par l'intermédiaire de représentants désignés lors d'élections au suffrage universel.

La Démocratie se distingue par  le droit à s'exprimer, par les décisions prises à la majorité et dans l'intérêt du plus grand nombre.
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Dans le cas de la dernière convulsion de la "démocratie moderne" celle qui secoue l'Espagne, beaucoup de personnes l'ont réduit à l'opposition entre deux visions de la Démocratie.
Je ne me réfère pas, bien évidement aux aboiements entendus, mais à la réelle signification étymologique de la démocratie. Et là, aussi bien la chef du Gouvernement Espagnol, que le Président français, Rajoy et Macron ignorent ce que la mot Démocratie veut dire.

- Rajoy, assimile tous les catalans aux indépendantistes, au lieu d'entendre ce que les catalans ont à lui dire, préfère les croire indépendantistes et les brutaliser avec force sans faire de distinction entre les indépendantistes et les catalans qui manifestent moins pour l'indépendance que contre sa politique digne de Franco, qui punit d'emprisonnement ferme: (par exemple) l'insulte au bourreau qui vous brutalise, mais aussi, le droit que la démocratie vous octroi, celui de vous exprimer librement et sans contrainte. Il a peur de quoi ce DESPOTE? Il sait qu'il agit mal et comme tout schizophrène n’a a sa disposition que la violence brutale pour s'y opposer...

La Catalogne, ce n'est pas nouveau, a un statut particulier au cœur de la plupart des autres régions, envié (sans-doute), jalousé (certainement), dénigrée (souvent) et je pense que ceux qui s'expriment de l'extérieur (ce qui est en soi grave, à moins que ne soit de la stupidité) ignorent les tenants et les aboutissants des revendications catalanes ou sont, au fond d'eux, les mêmes êtres brutaux et autocratiques qu'a pu être le chef du Gouvernement Espagnol. 

Chef du Gouvernement Espagnol caractérisé par sa stupidité. Le problème de l'indépendance se pose très souvent dans les États formés de communautés par trop différentes ou formé de frontières forcés, et l'Espagne n'échappe pas à cette constante. Mais mon propos n'est pas là, l'Espagne est maintenant un État et si je qualifie le despote d'imbécile c'est qu'il aurait du faire voter au parlement espagnol et le transcrire dans la Constitution: "l'obligation de toute région séparatiste d'obtenir l'accord des autres composantes". Et s'obliger à prendre en considération les doléances qui amènent une des composantes à se considérer lésé...
Au lieu de cela et avec lui le roitelet, sans se soucier du droit d'expression que la démocratie  attribue et du mal être Catalan, depuis au moins (expérience personnelle, par rapport a ce que j'ai pu remarquer) une bonne décennie. Non ces… (et tous qui dans l'ignorance s'expriment) cautionnent des actes antidémocratiques par excellence…

Parlons un peu de Macron, qui dans une accolade de Führers, cautionne les brutalités de Rajoy. Lui, qui avec moins du quart des Français ayant voté pour sa candidature prétend, malgré l'élection obtenue (avec des procédés indignes et par défaut)  avoir le droit de trahir les principes démocratiques par l'obéissance à des influences qui n'ont rien de commun avec la démocratie, mais avec une mafia argenté se permettant de rallier tous les simples d'esprit qui croient que l'on est sur terre pour amasser. 
Il faudrait que Macron ait la même détermination à taxer ceux qui délocalisent, aussi bien les entreprises que les capitaux, (il y a des moyens) qu'il le fait avec le "petit peuple". 
Ces hommes Macron, Rajoy parmi tant d'autres sont les vecteurs d'une pensée nauséeuse qui n'a plus rien de commun avec la démocratie mais avec la sauvegarde de l'intérêt des puissants. Les Rois, Les Tsars, les dictateurs n'ont pas fait autre chose…

Enfin pour conclure j'ajouterais que, lors que je défends le point de vue Catalan, je ne défends pas l'indépendance de la Catalogne, (un certain Christophe se reconnaitra) j'ai simplement placé, la virgule au bon endroit, d'un point de vue du ressenti des catalans et du point de vue de l'histoire. Depuis quant la brutalité est légitimé pour empêcher quelqu’un de s'exprimer? 
Quand a ces ignorants qui à bout d'arguments me reprochent mon militantisme pour que le droit international s'applique au Proche-Orient entre juifs et palestiniens sont, pour moi, sans importance.  


mardi 3 octobre 2017

Israël cache son rôle dans les crimes du Myanmar contre les Rohingyas




29 09 2017 • 14 h 40 min
Par Ali Abunimah – The Electronic Intifada – 27 septembre 2017



Le général Min Aung Hlaing et d’autres dirigeants du Myanmar visitent le fabricant d’armes Israélien, Aerospace Industries, en septembre 2015. (via Facebook)

Israël tente d’enterrer l’information concernant ses ventes d’armes au régime militaire du Myanmar, que les Nations-Unies accusent d’une campagne « brutale » contre la population musulmane Rohingya du pays qui est un « cas typique de nettoyage ethnique ».

Des centaines de milliers de Rohingyas fuient leurs foyers alors que des foules bouddhistes brûlent leurs villages.

Amnesty International et Human Rights Watch affirment que les militaires du Myanmar, ou Birmanie, commettent en ce moment des crimes contre l’humanité.

« L’armée se rend coupable de déportations par la force, d’assassinats, de viols et de persécutions contre les musulmans Rohingyas dans le nord de l’État Rakhine, provoquant des morts en grand nombre et des déplacements massifs » déclare Human Rights Watch.
La dirigeante du Myanmar, prix Nobel et ancienne prisonnière politique, Aung San Suu Kyi, est de plus en plus critiquée dans le monde pour ses faux-fuyants et justifications des atrocités.

« Un régime dictatorial »
L’avocat et militant israélien pour les droits de l’homme, Eitay Mack, fait campagne depuis longtemps pour obliger Israël à révéler et à mettre un terme à ses ventes d’armes à divers régimes violents.

Cette semaine, le procureur de l’État d’Israël a demandé à la Haute Cour de classer rétroactivement comme confidentiels, tous les documents et procédures relatifs au dernier procès de Mack, qui essaie d’obliger le gouvernement à cesser ses ventes d’armes au Myanmar.

Dans une déclaration adressée par courriel, Mack assimile la demande du procureur aux méthodes d’un « régime dictatorial ».

Les juges ont rejeté cette demande de censure totale, mais ils ont accepté d’ordonner le silence sur une décision concernant cette question qu’ils comptent rendre mercredi.

Mark affirme que les juges ont décidé de classer confidentielle leur décision sans donner, à lui-même et aux autres parties, l’occasion de répondre à la requête de l’État.

Lors d’une audience lundi, les juges ont entendu à huis clos un témoignage sur les relations d’Israël avec le Myanmar. Le journal israélien Haaretz rapporte que dans la partie publique de la séance, un représentant du gouvernement « a refusé de commenter la question ou de déclarer si Israël allait ou non arrêter d’armer les militaires du Myanmar ».

« La tentative des ministères de la Défense et des Affaires étrangères, et du procureur de l’État, de réduire l’opinion au silence et de dissimuler l’implication d’Israël dans les crimes contre l’humanité ne réussira pas » promet Mack.

Comme il le souligne, la preuve des liens qui se renforcent entre Tel Aviv et les militaires du Myanmar ne peut pas facilement se dissimuler.

Une frénésie d’achats
En 2015, Min Aung Hlaing, un général de l’armée Myanmar, est venu en Israël en faisant escale dans certaines des plus importantes fabriques d’armes, dont Elbit Systems et Israel Aerospace Industries.

Le général a posté sur Facebook des photos de ses visites chez les fabricants d’armes et dans des bases militaires israéliennes, qui ont conduit Haaretz à conclure que le Myanmar avait en projet d’acheter des bateaux patrouilleurs militaires de fabrication israélienne.

Dans les années 1990, bien avant que la junte militaire du Myanmar se voie accorder un visage « démocratique » grâce à Aung San Suu Kyi, les « consultants israéliens » ont aidé à la construction d’une usine d’armement pour le Myanmar, selon un rapport de 2007 d’Amnesty International.

Ce rapport appelait à un embargo international complet sur le Myanmar.

Armer des régimes parias
Dans son édito de mercredi, Haaretz exhorte les législateurs israéliens à s’unir pour mettre fin à la « honte » d’Israël qui vend des armes à des régimes aussi brutaux.
Haaretz fait remarquer qu’Israël a une longue histoire en matière d’armements – et de mensonges à propos de son armement – des forces qui perpétuaient des massacres en Bosnie, des dictatures militaires du Chili et de l’Argentine, des Contras soutenus par les États-Unis au Nicaragua.

Et d’ajouter qu’Israël continue d’armer « les forces du mal » au Soudan du sud.
Les armes israéliennes ont été utilisées pour le génocide au Rwanda en 1994, une affaire pour laquelle les juges israéliens ont, là aussi, accepté de dissimuler les détails à l’opinion.

Israël a toujours été disposé à armer des régimes parias. Il a fourni des centaines de millions de dollars d’armes à l’Afrique du Sud de l’apartheid, alors que ce régime qui soutenait la suprématie de la race blanche était soumis à un embargo international.
« Une fois de plus, nous découvrons que l’État d’Israël n’est pas une démocratie, comme il aime à se présenter » affirme Mack, après la décision de la Haute Cour de classer confidentielle sa décision. « Jour après jour, l’État d’Israël devient semblable à ces États auxquels il vend des armes ».

Testés sur les Palestiniens
Certains le verront comme un sentiment digne de la part de Mack et de Haaretz qu’Israël peut être contraint d’agir selon une norme morale qui ne représente pas une « honte ».

Les efforts de Mack pour découvrir la vérité sont de fait utiles et admirables.
Mais comme lui-même et Haaretz le savent assurément, Israël a été créé sur le nettoyage ethnique de la population autochtone de la Palestine.

Israël continue d’exister en tant qu’État juif d’apartheid uniquement en mettant en œuvre sans relâche une politique raciste.

Il maintient un régime politique et juridique ouvertement raciste et une occupation militaire brutale qui privent des millions de Palestiniens de leurs droits les plus fondamentaux.

Il perpétue des massacres répétés de Palestiniens pour « tondre la pelouse » des autochtones qui résistent, et ses généraux et ministres menacent constamment de « détruire » le Liban.

Israël va continuer de vendre ses armes aux régimes parias, il va continuer parce qu’il est, et qu’il a toujours été, comme ses clients.

Les Palestiniens, après tout, sont des sujets d’expérience dont la souffrance permet à Israël de vendre ses technologies de mort dans le monde entier comme « ayant fait leurs preuves sur le terrain ».

Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine


Mais des imbéciles se mêleront, une nouvelle fouis, de ce qui ne leur regarde pas, et iront faire allégeance à Israël, à ses crimes et à l'idée que les sionistes se font du monde…
Est-il possible que tant de dirigeants soient des criminels par procuration s'ils ne le sont en puissance. 

L’ONU prend une première mesure en vue de mettre fin à l’impunité d’Israël




2 10 2017 • 11 h 14 min
Par Ali Abunimah – The Electronic Intifada – 28 septembre 2017

Une liste fournie par l’ONU des sociétés qui ont des relations économiques avec les colonies illégales d’Israël donnerait une impulsion au mouvement mondial pour les droits des Palestiniens. Ryan Rodrick Beiler ActiveStills

Les représentants de l’ONU évoluent finalement vers l’affirmation de la responsabilité d’Israël dans le non-respect du droit international, en dépit d’une résistance farouche de la part d’Israël et de ses alliés.

« Après des décennies de dépossession palestinienne et  d’occupation militaire et d’apartheid par Israël, les Nations Unies ont pris leur première mesure concrète en vue d’établir la responsabilité d’Israël dans ses violations continues des droits humains des Palestiniens » a dit Omar Barghouti, un des fondateurs du mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS). « Les Palestiniens accueillent chaleureusement cette mesure ».

Mercredi, le journal israélien Haaretz a rapporté le fait que le Bureau des droits humains de l’ONU  a commencé des envois de lettres destinées à 150 sociétés dans le monde, les avertissant qu’elles pourraient figurer sur une base de données des entreprises ayant des relations économiques avec les colonies israéliennes des territoires occupés de Cisjordanie, Jérusalem comprise.

Nickolay Mladenov, le chef de la représentation politique de l’ONU à Jérusalem, a dit cette semaine  au Conseil de Sécurité de l’ONU que « les activités de colonisation illégale d’Israël ont continué à un rythme élevé » en grave violation des résolutions de l’ONU.

Le consensus juridique se développe selon lequel le droit international exige des gouvernements qu’ils interdisent les échanges économiques avec les colonies.

« Cela pourrait faire boule de neige »
Les représentants d’Israël ont admis que de nombreuses sociétés  – sans pour autant en fournir les noms – ont déjà répondu à ces lettres en assurant le bureau des droits humains de l’ONU qu’elles ne renouvelleraient pas leurs contrats en Israël, ni n’en chercheraient de nouveaux.

« Ces entreprises n’arrivent pas à faire la différence entre Israël et les colonies et mettent fin à leurs opérations sur l’ensemble » a dit à Haaretz un représentant israélien de haut niveau. « Les sociétés étrangères ne vont pas investir dans quelque chose qui relève de problèmes politiques, cela pourrait faire boule de neige ».

Ce représentant israélien de haut niveau a confirmé ce qu’un chef de la diplomatie européenne avait confié à des collègues à Bruxelles.

Dans un mémo de juin écrit alors qu’il était ambassadeur de l’UE à Tel Aviv, Lars Faaborg-Andersen a admis que l’UE n’avait pas de moyen fiable de distinguer les exportations des colonies d’autres produits israéliens.

Les commentaires des représentants israéliens font aussi écho à la découverte d’un rapport secret de deux groupes de lobby israéliens influents qui a fuité plus tôt dans l’année dans « Electronic Intifada ».

Le rapport, assumé par le gouvernement israélien, concluait que la plupart des « dommages collatéraux » infligés à Israël par le mouvement BDS sont le résultant d’un « boycott silencieux » – de groupes, d’individus et de sociétés qui décident, sans l’afficher, de s’abstenir de s’engager avec Israël, soit qu’ils soutiennent les droits des Palestiniens, soit simplement qu’ils veuillent « éviter des problèmes et critiques superflus ».

Des noms bien connus
Le mois dernier, le Washington Post a précisé les noms de certaines des sociétés américaines averties par l’ONU qu’elles pourraient être inclues dans la base de données.
On y trouve les noms de sociétés comme Caterpillar, TripAdvisor, Priceline.com et Airbnb.

Selon Haaretz, environ 30 des 150 sociétés sont américaines, d’autres sont allemandes, sud-coréennes et norvégiennes.

Le Washington Post  a aussi souligné la forte opposition américaine à cette base de données dont la création a été commandée par un vote de l’an dernier du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU. Nikki Haley, l’ambassadeur des États Unis à l’ONU, a qualifié de « honteuse » cette base de données et a dit que son pays envisage de sortir du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU.

Israël a mis sur pied un groupe de travail gouvernemental pour tenter de faire échouer la liste, mais selon Haaretz, la plupart des représentants qui y sont impliqués croient que la publication en décembre de la base de données est « inévitable ».

L’imminence de cette liste a fait proposer par des juristes américains une législation, la Loi Anti-Boycott d’Israël, qui pourrait imposer des amendes importantes et des peines de prison à des sociétés et à leur personnel pour participation à un boycott d’Israël et de ses colonies, supposément encouragé par une organisation internationale.

La désespérance d’Israël
L’intensité de la pression américaine, et la longue histoire de la complaisance de la soi-disant communauté internationale envers Israël, font qu’il ne peut pas être garanti que les représentants de l’ONU ne vont pas capituler de nouveau.

Il y a deux ans, le Secrétaire Général de l’ONU d’alors, Ban Ki-moon avait cédé à la pression israélienne et américaine et avait retiré Israël d’une liste de graves violeurs des droits des enfants.

En mars, Antonio Guterres, le successeur de Ban, s’était plié devant la pression des États Unis  et avait étouffé un rapport qui avait établi qu’Israël pratique l’apartheid contre les Palestiniens.

Une des conclusions de ce rapport est que les recherches et analyses juridiques de services de l’ONU, comme le Centre des Nations Unies Contre l’Apartheid, ont été des ressources essentielles pour les militants de la société civile dans leurs efforts visant à « légitimer le boycott, le désinvestissement et les sanctions et à contribuer à la formation d’ensemble d’un mouvement transnational contre l’apartheid en Afrique du Sud ».

Le rapport a encouragé une approche semblable en vue de mettre fin à l’apartheid israélien. La militante historique Adri Nieuwhof a récemment écrit pour Electronic Intifada que l’enregistrement par l’ONU des sociétés, athlètes et professionnels du spectacle complices de l’apartheid sud-africain avait donné un élan important à la campagne internationale de solidarité.

« Le fait qu’Israël veuille tuer dans l’œuf la base de données prévue est le signe d’une désespérance » a écrit Nieuwhof. « Israël est déjà un État paria dans l’esprit des gens ordinaires dans le monde. Si les crimes d’Israël ne cessent pas, son isolement ira croissant ».

« Nous espérons que le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU restera ferme et publiera la liste complète des entreprises opérant illégalement dans ou avec les colonies israéliennes sur de la terre palestinienne volée et qu’il développera cette liste suite à l’appel du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU de mars 2016 » a déclaré Omar Barghouti cofondateur de BDS.

« Si elle est mise en œuvre correctement, cette base de données de l’ONU des entreprises complices de certaines des violations par Israël des droits humains, peut augurer d’un début de la fin de l’impunité criminelle d’Israël ».

Traduction SF pour l’Agence Media Palestine



Cette photographie ne ment pas,
ces sbires ce sont bien les créateurs et parrains de Daech.
Ce sont l’anti-démocratie.
Ils ne peuvent combattre la justice,
alors ils créent les conditions qui permettent de le faire...

dimanche 1 octobre 2017

Nous pensons tous vivre en démocratie.




Mais un État qui permet le financement du nazisme est-il encore une démocratie? Cette question vous, ne vous la poseriez pas une seconde, tant elle parait  antidémocratique.   

Dans ces conditions comment pourrions-nous admettre, le financement d'une armée qui; colonise un peuple souverain  qui : pratique une politique de vol des terres autochtones ; destruction de l'habitat autochtones ; emprisonnement illégal du peuple autochtone ;  qui bombarde les populations civiles : qui affame le peuple autochtone ; qui l'empêche, (par le blocus pratiqué, acte de guerre je vous le rappelle) l'entrée des denrées et médicaments nécessaires à leur survie (les enfants auront des séquelles par le manque de nourriture et médicaments leur vie durant.)  […]

Non cet État n'est pas une démocratie mais un État soumis à l'influence de la pensée dominante, répandue en son sein par des êtres sans scrupules et qui voudraient, comble de la fourberie, de l'hypocrisie, de la duplicité …, nous faire croire que les pogroms ou le génocides des Juifs par les nazis, leur donne ce droit !

Seul une mentalité soufrant de schizonévrose psychopathe, peut croire  qu'un crime peut justifier un autre crime, nous sommes d'accord, mais faut-il encore avoir de la mélasse à la place de la matière-grise, pour protéger l'influence de ces criminels par procuration.  
Nous avons au sein de nos gouvernements une 5e. Colonne au service d'Israël qui n'agit pas pour la prospérité de notre pays mais, et on le constate encore aujourd'hui, se mettre au service de l'idée sioniste… 



jeudi 28 septembre 2017

Le leurre de l'Impôt sur la fortune !!!





Ce gouvernement conserve  l'impôt sur la fortune du "parc" immobilier et supprime celui des placements financiers.  Or, et sans être un expert financier il est facile de comprendre  que touts les impôts et taxes ont été acquittés au moment de l'acquisition du bien. Et qu'en revanche  les placements boursiers, les Yachts, et touts ces petits plaisirs des très, très, riches, en sont exonérés. On nous prends pour des gogos? Mais non, mais non.
C'est-à-dire que ceux qui ont les moyens de placer leurs avoir en bourse, alors que ce dernier ne procure aucune plus-value, à la nation ni à la société, mais uniquement au joueur en bourse, verra ce capital préservé de l'impôt.

Et dire que cet ... voudrait imposer au monde la taxation financière. Un leurre pour faire passer la pilule.

Étrange? Non, Emmanuel Macron est un élève de la Banque Rothschild, comme le fut celui qui mit la France sur les rails de la DETTE, j'ai nommé Georges Pompidou,  comme lui obéît aux impératif non de la NATION ou de la SOCIÉTÉ mais de ses "professeurs".

Les salariés qualifiés de FEIGNANTS, les retraités d'ENFANTS GÂTES, que vous-faut-il encore pour comprendre que vous avez voté pour un "homme" de la 5e colonne financière.  En d'autres termes, cet "homme"  n'agira pas pour le bien de la France, ni de sa population, mais pour un ensemble plus vaste. Ce moule que l'on appelle ONU, Mondialisation, Europe dans lequel il faut enfermer les nations souveraines et par voie de conséquence ses populations, pour le bénéfice de truands sans scrupules...

ROTHSCHILD, nom par lequel le sionisme a été une réalité et qu'on le veuille ou non, par l'influence exerce par la 5e. Colonne, cette fois la vrai, au sein de nos propres sociétés, mais principalement au sein de nos propres gouvernements, s'évertuent à faire prospérer leurs capitaux et leurs idées…

mardi 26 septembre 2017

France Info, un média parmi tant d'autres...




Sur France Info, hier, aux informations de 9:30 le journaliste annonçait: l'assassinat de trois colons juifs par un palestinien aux frontières d'Israël. Ce pseudo journaliste ne sait, apparemment pas, qu'Israël n'a pas de frontières, ni dans sa constitution, ni dans les faits, continuer à voler les terres palestiniennes est, apparemment, sa seule ambition inscrite sur le "marbre" et par bonheur, ce …,  n'a pas qualifié le palestinien de terroriste.
Dans ce genre d'informations, comme par ailleurs l'étaient les informations nazies, c'est que pour ces manipulateurs, la résistance devient du terrorisme.
Cependant ce qui est choquant et intolérable, comme si nous étions incapables de réflexion, est que les motivations de la résistance palestinienne, est passé par pertes et profits. Qu'Israël vole les terres palestiniennes, que le peuple autochtone est assassiné impunément par l'armée d'occupation et les colons, est emprisonné par la méthode administrative, c'est-à-dire, sans motif, sans accusation, sans jugement, en prison un point c'est tout, n''entre pas, apparemment, dans les considérations de ce pseudo journaliste. Oh! Il n'est le seul, Yves Calvi, J.J. Bourdin  et tant d'autres et bien entendu la quasi-totalité des grands média, sont les nouveau Goebbels de la propagande nazi, ho!, pardon sioniste, mais où est la différence?

Et cerise sur le gâteau, j'entends ce matin que l'Alsace va faire les yeux-doux à Israël pour améliorer la présence touristique. Richert (Président de région) l'avait déjà annoncé lors de l'enlèvement d'un français faisant son service militaire au sein de l'armée israélienne entant soldat et fut fait prisonnier par le Hamas, aujourd'hui nous arrivons à la conclusion que l'Alsace a oublié qu'elle fut aussi envahie… Et fait appel à des bourreaux pour améliorer ses finances. Hitler doit être satisfait.   

dimanche 24 septembre 2017

samedi 23 septembre 2017

Netanyahou prend l'Iran pour cible et se détourne de l'occupation




Netanyahu a concentré son discours sur l'Iran pour se défaire de l'occupation. Il a mentionné l'Iran 37 fois, mais a mentionné les Palestiniens juste deux fois. Trump, quant à lui, a également menacé l'Iran, mais n'a même pas mentionné les Palestiniens une seule fois.


Les vraies nouvelles.
À L'ONU cette semaine, le président Donald Trump et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont présenté leurs priorités communes au Moyen-Orient. Les deux dirigeants ont proféré des déclarations belliqueuses ainsi que des menaces à l'égard de l'Iran.

Netanyahu a mentionné l'Iran 37 fois, mais il n'a mentionné les palestiniens que deux fois. Trump, pendant ce temps, a également menacé l'Iran, mais n'a pas mentionné les palestiniens même une fois.
Gideon Levy, est un journaliste chevronné, du journal israélien Haaretz, et il me rejoint maintenant.

- Bienvenue, Gideon
- Gideon Levy : merci. C'est un plaisir.

- Aaron maté : commençons par les déclarations de Netanyahu qui a parlé après Trump et il a commencé en louant les mots de Trump.

- Netanyahu : aucun n'est plus audacieux, aucun n'est plus courageux et plus direct que celui représenté par le président Trump aujourd'hui. Le Président Trump a justement qualifié l'accord nucléaire avec l'Iran: "de traité d'embarrassant". Je ne pouvais plus être d'accord avec lui, et voilà pourquoi : L'Iran jure de détruire mon pays tous les jours, y compris par son chef d'état-major. L'Iran mène une campagne de conquête au Moyen-Orient, et l'Iran développe des missiles balistiques pour menacer le monde entier. Il y a deux ans, je me suis, ici même, expliqué pourquoi l'accord nucléaire iranien ne bloque pas seulement la voie de l'Iran à la possession de la bombe, mais la prépare.
Netanyahou, oublie de préciser qu'Israël est entré dans le club nucléaire par la petite porte (illégalement) et possède une puissance équivalente à soixante fois Hiroshima (1998). Ses ogives sont pointées sur les capitales "Arabes et Téhéran", mais aussi, sur les capitales européennes…
Si l'Occident obtempère face à la politique criminelle d'Israël, c'est que ce pays a, à plusieurs fois menacé de l'employer… Cela dit Israël, mais aussi les USA emploient des bombes à fragmentation radioactive, contre leurs adversaires, et en particulier, pour Israël, les palestiniens de Gaza.
Ce monde ne peut trouver une quelconque sérénité, face au sionisme et ses dirigeants psychopathes, se servant du Génocide des Juifs par les nazis et de la Communauté juive, son étoile ou sa religion, pour parvenir à leurs fins… [Eretz Israël, (Grand Israël: du Sinaï au Litani). De l’Égypte au sud Liban, ce que les juifs n'ont jamais eu]  Le lobby Nord-américain pro-israélien, non seulement a favorisé l'Holocauste à ses débuts, mais favorise aujourd'hui  (par son influence) le crime contre l'Humanité: que représente la privation existentielle du Peuple palestinien. 

  
- Aaron maté : Qu'avez-vous entendu de son discours ?

- Gideon Levy : Netanyahu a parlé d'embarras, et je dois vous dire qu'il n'y a rien de plus embarrassant que de savoir que l'homme qui a géré ce discours est le premier ministre de mon pays. C'était vraiment un discours embarrassant, je dois dire. Tout d'abord, Donald Trump a un ami dans le monde. Je veux dire, le monde entier est embarrassé par Donald Trump -- la moitié de l'Amérique ne sait pas où se cacher de la honte à cause de cet homme, et voici le premier ministre d'Israël, le seul premier ministre du monde aujourd'hui qui fait des louanges et félicite Donald Trump comme il l'a fait. Aucun autre homme d'état dans le monde ne parle comme lui, et ça me gêne en tant qu'israélien. Et enfin, c'est un grand embarras pour moi de réaliser que mon premier ministre vit dans un déni total. Il y a un énorme éléphant dans la pièce, et l'éléphant est appelé l'occupation israélienne, qui célèbre, disons, 50 ans, et le premier ministre israélien ne le mentionne même pas. Il ne reconnaît même pas le fait qu'il y ait une occupation. Qu'est-ce qui est plus gênant que ça ?

- Aaron maté : Pensez-vous qu'une des raisons de la diatribe de Netanyahu contre  l'Iran, est pour détourner l'attention de l'occupation qu'il ne veut pas reconnaître ?
- Gideon Levy : il n'y a aucune autre raison --

- Aaron maté : Qu'est-ce que tu veux dire ?
- Gideon Levy : C'est la seule raison qu'a Netanyahu

- Aaron maté : dans ce cas précis, il s'est servi des déclarations de l'Iran. Voilà ce qu'a dit Ahmadinejad il y a des années à propos d'Israël, et chaque fois que quelqu'un d'Iran dit quelque chose de belliqueux à l'égard d'Israël, Netanyahu s'en saisira pour dire que c'est pour cela que nous devons nous concentrer sur l'Iran parce qu'ils sont une menace pour nous, ils veulent nous détruire.
Dans les faits, la déclaration d'Ahamadinejad a été mal traduite (à moins que les faits ne fussent volontaires). Il n'a pas dit vouloir détruire Israël, mais le sionisme et ses dirigeants. Nuance somme toute légitime.

- Gideon Levy : L'Iran est une menace, mais une menace beaucoup plus petite que celle de Netanyahu. Cette diabolisation, et surtout, cette exagération n'a qu'une motivation intérieure, et Netanyahu a besoin d'un ennemi extérieur, et qu'est-ce qui est mieux que de créer ce monstre, l'Iran ?
L'accord avec l'Iran est le meilleur marché qui aurait a pu être réalisé. Il donne au monde et à Israël 10 ans maintenant de pleine sécurité, et  d'essayer de saboter cet accord est vraiment un jeu dangereux, parce que l'alternative pourrait être une guerre.
Une guerre mondiale, bien entendu…
Tu sais, ce n'est pas une petite chose, que Dieu nous garde, d'une guerre entre Israël et l'Iran, ou les États-Unis, Israël et l'Iran. Nous n'avons pas affaire ici avec le Hamas à Gaza, Qu'Israël peut bombarder et finir son pouvoir en quelques jours. Nous avons affaire ici à une superpuissance régionale, donc il faut donc faire très attention à l'Iran. Je ne veux pas sous-estimer la menace, mais à la fin de la journée, cette menace est très bien contrôlée par l'accord et nous devrions nous en tenir à l'accord.
Cette déclaration me rappelle celle de: Enrico Macias qui affirmait qu'Israël est une démocratie, car en effet il pouvait, s'il le voulait, venir à bout des palestiniens en huit jours. C'est-à-dire qu'Israël a la puissance militaire nécessaire a l'accomplissement de ce crime contre l'humanité, que pourtant, avec parcimonie, est entrain de réaliser… Grâce au silence assourdissant des poltrons qui nous gouvernent.

- Aaron maté : D'accord, et je ne veux pas exagérer la menace, le cas échéant, de l'Iran. L'Iran n'a jamais menacé de bombarder Israël. Israël et les États-Unis ont menacé de bombarder l'Iran de nombreuses fois. L'Iran a également dit qu'il respecte tout résultat des entretiens de paix israélo-Palestinien aussi longtemps que le peuple palestinien l'aura soutenu par référendum, quelque soit le résultat. Donc, je suis d'accord avec vous, que quelles que soient les déclarations de l'Iran, elles ne correspondent pas aux déclarations de Nétanhyaou... Elles n'incarnent pas la façon dont elles sont présentées par des dirigeants comme Netanyahu. Comment son discours est-il perçu en Israël ?

- Gideon Levy (parle en anglais) : il y a une grande exagération en Israël à propos de l'importance de ce discours aux Nations Unies, alors que dans aucun autre pays, ce n'est même pas une question que le premier ministre ou le président a dit ou ne dit pas à l'ONU. Israël joue un double jeu, d'une part, nous disons toujours que l'ONU est sans importance et que l'ONU est totalement hors de propos. D'un autre côté, nous avons ce rituel annuel: "le discours du premier ministre à l'ONU entendu par le monde entier." la plupart des israéliens pensent que le monde entier n'a rien d'autre à faire ce jeudi soir que s'asseoir et regarder le discours de Netanyahou. Il n'y avait qu'une chose qui dérangé cette fois -- cette énorme réussite -- et c'est le fait que Netanyahu était en retard dans les 2 heures. Je veux dire, pas de sa faute, mais il a raté le prime-time à la télé de deux heures.

- Aaron maté : en parlant de l'ONU, Netanyahu l'a appelé " L'épicentre de l'antisémitisme mondial." qu'essaie-t-il de prouver ?

- Gidéon Levy : Oui, écoutez, pour Netanyahu, toute critique à l'égard des israéliens est immédiatement qualifiée d'antisémitisme. C'est un moyen très efficace de se libérer de toute responsabilité. Vous savez, pour les gens comme Netanyahu, Israël ne fait que justice. Israël ne suit que le droit international. Il n'y a pas d'occupation, il n'y a pas de souffrance du peuple depuis 50 ans, il n'y a pas de brutalité, pas de violence -- Rien -- mais l'antisémitisme du monde contre Israël. C'est un jeu très cynique, qui a très peu à voir avec la réalité.
Gédéon Levy est un homme honnête, c'est une certitude, il faut cependant préciser que: la souffrance du Peuple palestinien ne date pas de 50 ans, mais (principalement) de 1947 et l'octroi aux Juifs, par l'ONU d'un territoire qui ne leur avait jamais appartenu et bien avants cette date [sans le chantage du lobby juif sur le gouvernement américain, qui lui-même à contraint les pays du tiers-monde a voter la résolution 181 le 26 novembre 1947 sur la partition de la Palestine]  la résolution 181 n'aurait pas eu d'agrément.
Il est regrettable simplement, que les Juifs (les sionistes c'est plus approprié) aient voulu un territoire sans Arabes. Chercher paix et sérénité en Palestine [compte tenu de leur historiographie] pourquoi pas, mais pour l'amour de Dieu, avec le peuple qui vivait-là…  

- Aaron maté : Parlons de Mahmoud Abbas. Il a également parlé cette semaine à l'assemblée générale des Nations Unies, et il a mis la solution d'un seul état sur la table disant que " parce qu'Israël met en péril la solution à deux états, une solution d'un état pourrait être la seule option de la Palestine." Qu'avez-vous fait de ce qu'il a dit à l'ONU ?
Je veux dire, quelqu'un peut dire autre chose ? Si la solution à deux états est hors de la table, il n'y a que la solution d'un seul état. Il n'y a pas de troisième solution. Et, tu sais, le fait qu'Israël nie et joue comme s'il y avait une troisième voie -- il n'y a pas de troisième. Il y a soit une solution à deux états, soit une solution d'état unique, et lorsque nous faisons face à la solution d'un seul état, qui existe déjà depuis 50 ans. Rappelons que le seul état est là depuis 50 ans. Le seul problème est son régime. Ce n'est pas une démocratie. C'est un régime d'apartheid dans les territoires occupés. La seule question est donc d'essayer de changer le régime d'un seul état, qui est déjà présent. Quiconque pense qu'il y a une autre alternative se ment à lui-même.


- Aaron maté : quel est le moyen le plus efficace d'atteindre les israéliens en ce moment ? Il existe un mouvement mondial pour boycotter Israël jusqu'à ce qu'il soit conforme au droit international. Cela a-t-il eu des répercussions sur les israéliens ? Qu'est-ce que les gens de l'extérieur peuvent faire passer le message que l'occupation n'est pas tolérable ?

- Gideon Levy : les israéliens n'ont aucune raison, en ce moment de changer, car la vie en Israël est plutôt bonne. Le déni et le lavage de cerveau, sont à des niveaux qui... Les gens qui viennent ici n'imaginent pas à quel point le déni en ancré dans la société israélienne et à quel point son lavage de cerveau est profond. Il s'agit donc de conditions dans lesquelles on ne peut s'attendre à un quelconque changement de la part d'Israël, et donc la seule façon de véritablement ébranler la société israélienne, c'est en le rendant responsable et en lui faisant payer les crimes de l'occupation. Tant que les israéliens ne paient pas par eux-mêmes, personnellement, et prennent des responsabilités pour que cesse l'occupation. Tant que cela n'arrivera pas, il n'y aura pas de changement.

J'en conclus que les dirigeants occidentaux, peut être du à l'influence des juifs pro-sionistes, [et a leur argent, bien entendu] pratiquent la politique de l'autruche, si attirante pour les poltrons.
La Deuxième guerre mondiale et l'Holocauste nous le devons à ces dirigeants poltrons qui n'ont pas su arrêter Hitler à temps… 



- Aaron maté : nous allons le laisser là. Gideon Levy, journaliste israélien vétéran du journal Haaretz. Je vous remercie.

Merci beaucoup, Aaron.