vendredi 25 mars 2011

Quel est le rôle des mythes ?

Les mythes avaient le rôle d'expliquer, des paraboles en quelque sorte, en relation avec les pratiques religieuses. On peut supposer qu'une manière de répondre à la sécheresse, était de mettre en scène un drame racontant le mythe. Les hommes avaient alors le sentiment de faire quelque chose pour que la pluie revienne fertiliser les champs.
Les mythes trouvent donc leur raison d'être, dans les croyances surnaturelles, pour hâter les processus naturels. Il ne viendrait à l'esprit de personne aujourd'hui de mettre en scène un mythe pour expliquer, le pourquoi d'un événement. 
La BIBLE n'échappe pas à cette réalité et que l'on soit Juif, Musulman ou Chrétien, ne peut changer cette vérité.
Autrement dit : on ne peut pas commettre des actes contraires à la bonne séance qu'il doit y avoir entre les hommes au nom de ces mythes  :     https://www.youtube.com/watch?v=6iO1Boeqq1o






https://www.youtube.com/watch?v=taAUXOTx8Qg 




Nous sommes passés d'un mode de pensée mythique à un mode de pensée fondé sur l'expérience et la raison. Trouver des causes naturelles aux phénomènes naturels.
Il n'est donc pas raisonnable, aujourd'hui, de baser la vie (cause naturelle) sur une pensée mythique. L'"Éden" ; Les "tables de la loi" ; Le franchissement de la "Mer Rouge" ; La "terre promise" ; "Caïn et Abel" ; La tour de Babel" ; Le "Déluge" ;  [...]
Des trois religions monothéistes, seul les israélites, les juifs, les sionistes, se basent sur ces mythes et refusent le mode de penser basés sur l'expérience et la raison. Ils prétendent, parce que c'est écrit dans la BIBLE, que la Palestine leur revient de droit. Alors que les textes BIBLIQUES ont été écrits, des milliers d'années après l'événement décrit.
C'est le cas des "Manuscrits de la Mer Morte" ou les israéliens aujourd'hui sous prétexte d'avoir daté les parchemins au carbone 14, prétendent en être les héritiers. C'est l'absurdité à l'état naturel. Si le carbone 14 à permis de situer l'époque, rien ne permet de se rapporter à l'Etat israélien aujourd'hui. C'est un mensonge, une manipulation tel que le sionisme nous le démontre tous les jours. A cette époque il n'y avait pas dans le monde que des Juifs.  Personne n'est, objectivement, en mesure de déterminer le périmètre et la durée exact du royaume de David, de Salomon, ni, que la sagesse de Salomon décrite dans la Bible, soit un don de Dieu...tel que le voudrait le mythe. Des historiens prétendent qu'un Etat juif entant que tel n'a existé que pendant un siècle. (100 ans)

Ce qui n'est pas un mythe, c'est le viol que représente aujourd'hui l'état d'Israël, le viol des droits du peuple de Palestine. (Juifs, Musulmans, Chrétiens)  

Les centres d'intérêt spécifiques des philosophes de l'antiquité étaient divers et variés. Les uns s'intéressaient aux plantes aux animaux, d'autres à l'existence de Dieu ou à l'immortalité de l'âme. 
Mais aucun ne défendait les raisons qu'avait SPARTE de tenter de dominer les autres peuple. Contrairement à la majorité des philosophes et de l'intelligentsia française d'origine juive, aujourd'hui, cautionnant sans restriction la politique criminelle de l'État israélien. Ce n'est pas de la philosophie, ce n'est pas une opinion,  c'est de l'intoxication intellectuelle, de la manipulation institutionnalisé. C'est ahurissant qu'au XXI siècle les truands de la pensée, abrutissent autant de citoyens ou élus en leur enlevant la faculté de raisonner. Je suis toujours étonné devant la béatitude exalté témoigné par les "animateurs", à croire que ces journalistes/présentateurs ont de la mélasse à la place des neurones, qui n'ont d'autre protection à leur manipulation que le sourire des niais.  

... le devin essaie d'interpréter quelque chose qui par nature échappe à toute interprétation... Autrefois s'était à travers les mythes que tout s'élucidait, mais comment  s'étonner si des hommes se réalisent suivant les mythes, quand encore aujourd'hui des gens pensent que l'on peut se faire "tirer les cartes", la variante consistant à "lire dans le marc de café"...
De nos jours on parle d'éthique. On entend par là, respecter certaines lois morales liées aux principes fondateurs de l'homme. Ce serment non écrit, non prononcé, qui nous fait agir selon notre conscience. Un criminel a-t-il une conscience ? Agit-il en accord avec l'éthique humaine ? Où pense-t-il être en droit de s'en passer ?
C'est exactement ce mode de penser qui anime les Juifs de bonne volonté, pensant sans doute, que les vicissitudes émaillant leur parcours historique (Pogroms, Exclusions, Shoah) les autorise aujourd'hui a commettre les mêmes actes. Concernant le sionisme, nous savons  que les motivation de Théodore Herzl n'étaient pas d'ordre religieux ou historique, mais politique. Il était attaché à la séparation des classes, à laquelle il tenait tant et la création d'un État, sans qu'il eut une idée précise de l'endroit, était sa solution. Le sionisme à mis a profit la culpabilité qu'engendra la Shoah, pour les hommes politiques, s'additionnant aux mythes de la religion, pour les populations. Le sionisme s'est autorisé à passer outre la déontologie humaine. Et commet aujourd'hui au XXI siècle les mêmes crimes par lesquels les juifs de bonne volonté s'autorisent à cautionner. Et pratiquent "l'ironie de Socrate" feignant ignorer, sans doute, ce que l'on peut leur reprocher.  

Socrate prétendait : "une juste vision des choses conduit à une action juste". Seul celui qui fait ce qui est juste est un "homme juste". Quand nous agissons mal c'est que nous sommes dans l'erreur.
Les Juifs venus d'Europe martyriser le peuple Palestinien quelque fusse la  raison, sont dans l'erreur. Puisque leur action est dès le départ criminelle.
Herzl ne pouvait être plus clair là dessus.

Un philosophe vaut moins par le discours qu'il tient, que par l'exemple qu'il donne. Démocrite  

Vidéo : Hajo Mayer

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire