lundi 22 janvier 2018

Le bras long démolisseur du sioniste

Article en résumé, que vous pourrez suivre in extenso sur:



19-01-2018

Réflexion sur l'incident de l'auberge sur la côte uruguayenne:
Soudain, la tranquillité estivale d'un pays accablé par une chaleur extrême a été secouée, et la température sociale a encore augmenté. La nouvelle s'est fait virale dans les médias et les réseaux sociaux:
  • Le propriétaire d'une maison d'hôtes dans la ville balnéaire de Valizas, a annulé la réservation d'un couple d'Israéliens affirmant qu'il n'est pas d'accord avec les politiques de son pays, et qu'il a eu de très mauvaises expériences dans le passé avec les touristes israéliens.

Comme on pouvait s'y attendre, depuis que la nouvelle a été connue, les accusations de discrimination et d'antisémitisme ont commencé à pleuvoir sur sa personne, venant non seulement des institutions sionistes, mais aussi des politiciens, des médias et de l'opinion publique. 
Un député a porté plainte, le gouvernement a annoncé qu'il se joindrait la Commission honoraire contre le racisme, la xénophobie et toute autre forme de discrimination. 
Et pour couronner le tout, le maire de Rocha a annoncé que l'auberge serait démolie [1] - avec toute la charge symbolique que représente l'action de démolition dans le contexte israélo-palestinien. 
Il n'y avait pas une seule voix publique pour défendre le propriétaire de l'auberge [2] (à l'exception d'une déclaration du Comité palestinien libre), même pas pour qualifier ou mettre sa décision en perspective.

On ne dit pas, par exemple, que les touristes israéliens qui fréquentent ces types d'établissements ont un profil très spécifique: ce sont surtout des jeunes ex-soldats qui partent pour parcourir le monde au bout de deux ou trois ans (selon le sexe) de service militaire, et qui se sont fait une lourde réputation à travers les cinq continents. Aussi à Valizas, où ils arrivent chaque année d'avantage, un malaise s'est installé parmi les commerçants, les résidents et les vacanciers envers ces touristes pour leur comportement habituel: arrogant, mal élevé, agressif.


Sur Google (en espagnol et surtout en anglais) vous trouverez une infinité d'articles sur les incidents entre les communautés locales et ces touristes israéliens, de Cuzco à Bariloche, de la Bolivie à l'Inde, ainsi que des analyses et des débats sur les raisons du de la mauvaise réputation de ces anciens soldats et sont rejetés même par les voyagistes et par les membres de la communauté juive locale (qui se plaignent de la mauvaise image qu'ils donnent d'Israël). 
  • En Patagonie chilienne (une de leurs destinations préférées), beaucoup ont été expulsés pour avoir provoqué des émeutes et des incendies dans les parcs nationaux.
  • À Sacsayhuamán (Pérou), plus de 60 ont été arrêtées pour avoir volé des reliques et profané le site archéologique, avec un campement illégal où des ordures, de la drogue, l'alcool et les sprays de peinture ont été trouvées 
  • Le comportement des touristes israéliens a même fait l'objet d'un forum sur le site du prestigieux guide touristique Lonely Planet. 
  • Cette renommée s'étend également parmi le personnel des compagnies aériennes qui doivent les transporter dans de longs vols transocéaniques, supportant toutes sortes d'insolences.

Je recommande de lire l'article du Chilien d'origine juive André Jouffé: «Le comportement terrible des touristes israéliens», où il mentionne que les hôteliers ont commencé à appliquer des politiques d'exclusion à leur égard pour éviter les excès et les maux de tête habituels. Ce n'est pas pour des raisons politiques ou religieuses, dit Jouffe, et il n'y a pas de plaintes concernant les touristes juifs d'autres pays, mais exclusivement sur Israël, comme il est dit dans un autre article. Les différents prestataires de services touristiques s'accordent sur la mauvaise éducation et l'agressivité de ces jeunes.


Ce dont on a besoin - car on n'en parle pas - c'est de relier ces comportements prédateurs et arrogants à d'autres aspects de la société israélienne: avec l'éducation qu'ils reçoivent de l'école, avec l'impact sur la jeunesse d'une culture hautement militarisée (où la violence est le terreau dans lequel ils grandissent), avec le prix payé pour maintenir pendant sept décennies la plus longue occupation coloniale de l'histoire moderne [3] et un régime de discrimination [4] basé sur la supériorité de la Nation juive par rapport aux autres peuples; et sur ce que ces jeunes font pendant leurs longues années de service militaire dans les territoires occupés. Plusieurs fois, il s'agit de justifier ces comportements inacceptables à l'étranger en disant qu'ils sont le produit - ou l'évasion - des traumatismes causés par la vie dans un pays en guerre permanente.
[…]

Ce qui me parait extraordinaire, c'est que le racisme du Président Trump, n'aie pas plus fait de "vagues", lui qui interdit l'entrée de l'Amérique de ressortissants de pays qu'il juge comme des pays de "merde" ou encore le comportement des Colons juifs en Palestine qui qualifient les propriétaires des terrains qu'il occupent illégalement "de chiens galeux" Que les sionistes sont les criminels à l'origine des conflits modernes, est pour moi une certitude.

Notes

[1] Parce qu'il a été construit sans autorisation dans la bande côtière; une réalité qui se répète dans plusieurs points de la côte de Rocha, et qui est bien connue des autorités municipales. Si cet incident ne se produit pas, il est peu probable que la démolition soit annoncée pendant la saison touristique et sans contact préalable avec la partie affectée.
 [2] Voir le ton et l'orientation du quotidien (considéré à gauche). 
[3] Depuis sa création en 1948, Israël a violé plus de résolutions de l'ONU et de traités internationaux que n'importe quel autre pays.
[4] Il n'y a pas de place pour développer ici les arguments qui qualifient ce régime d'apartheid, mais vous pouvez consulter les rapports du Human Sciences Research Council d'Afrique du Sud (2009); du Tribunal Russell sur la Palestine (2011); du Comité pour l'élimination de la discrimination raciale (CERD) de l'ONU (2012); et de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie occidentale (CESAO) (2017); ce dernier a été retiré du site Web de la CESAO en raison des pressions exercées par Israël. 
[5] Depuis 2007, l'Indice de militarisation mondiale considère Israël comme le pays le plus militarisé du monde.
[6] "Palestine dans les manuels scolaires d'Israël" (Canaan, Buenos Aires 2017). La version originale anglaise a le sous-titre: "Idéologie et propagande".
[7] Selon la quatrième Convention de Genève, le principal traité du droit international humanitaire qui régit les territoires palestiniens occupés par Israël est un crime de guerre qui peut être jugé par la Cour pénale internationale. 
[8] Le film explore la notion de «nouvel antisémitisme» et les groupes de pouvoir qui se sont engagés à disséminer cette peur. Shamir a pu infiltrer l'ADL (Anti Defamation League) des Etats-Unis. savoir ce qui est profitable - et discutable - de ce discours. Il accompagne également le voyage d'un groupe de lycéens à Auschwitz pour montrer comment la jeunesse israélienne est endoctrinée dans la névrose collective victimisante avant de rejoindre l'armée.
[9] Israël a récemment publié une liste noire d'organisations dont les membres sont interdits d'entrée pour avoir défendu les droits des Palestiniens. Ironiquement, la liste comprend une organisation juive et un quaker qui, en 1947, a reçu le prix Nobel de la paix pour avoir sauvé le peuple juif de la persécution nazie.
[10] Il est pas un hasard si les nouvelles ont d' abord été rapporté par le journal israélien Yediot Aharonot, dédiée à soulager tous les jours aux incidents les plus insignifiants de « l'antisémitisme » dans le monde entier.
 [11] El País, 01/11/18.
[12] Dans l'État d'Israël, plus de 65 lois discriminent la population palestinienne et non juive.

Le blog de l'auteur: https://mariaenpalestina.wordpress.com/2018/01/18/el-largo-brazo-demoledor-del-sionismo/

Après avoir lu l'article, un peu long mais intéressant par l'accent qui est mis sur un comportement inamissible moins militaire que sociétal, des ex-militaires israéliens qui ne peut qu'engendrer le dégout.
Cependant, lorsqu'on connaît les conditions d'éducation des enfants en Israël, où le racisme anti musulman est appris en école maternelle on ne peut que plaindre les jeunes israéliens, que le sionisme à rendu à l'état d'animaux féroces leur inculquant la prédation comme étant une méthode légale.

Je me souviens d'Hajo Meyer, juifs allemand interné à Auschwitz et réfugié en Hollande m'a affirmé: "Qu'en Israël la manipulation imposée aux enfants, était bien pire que celle qu'il avait lui-même reçu de la part du nazisme".

Ce comportement des jeunes militaires, n'est pas exclusif à cette jeunesse qui découvre le monde, non elle est institutionnalisée au sein même de l'Etat illégal qu'est Israël.
Un petit exemple. Israël demande des dommages à la famille de l'enfant que le véhicule militaire avait assassiné, pour les pierres qu'il avait lancé.

Je ne crois pas qu'il y ait un seul pays au monde, qui aurait osé le faire ou souffrant d'une telle psychopathie.