mercredi 13 décembre 2017

Comment sauver Jérusalem et apporter la paix au Moyen-Orient


Moyen-Orient Eye
Jamal, Nous donne là une leçon de justice, de démocratie et d'intelligence très, très loin des diatribes que les sionistes (juifs ou non) (politiques, avocaillons, journalistes ou pseudo intellectuels) distribuent à l'intention des imbéciles.

Les Palestiniens n'ont pas besoin d'un autre accord de paix, ils ont besoin de justice, de liberté et d'égalité.

La plupart des commentateurs s'attendaient à ce que l'annonce par le président Trump de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël augmente la tension, alimente la violence et provoque une autre guerre régionale, ce qui aurait aidé le gouvernement américain à changer l'équilibre du pouvoir au Moyen-Orient. Dans lequel vous perdez du terrain progressivement.

Trump a prononcé son discours sur Jérusalem un jour seulement avant que la Russie n'annonce qu'elle avait achevé avec succès sa mission de destruction de l'État islamique (IS) parrainé par les Saoudiens en Syrie, une sorte de déclaration de victoire sur les intérêts saoudiens et américains. Marque probablement la fin de la guerre en Syrie.

Déstabiliser la zone
En fait, les événements récents en Syrie ont rendu encore plus évidente l'alliance entre les Etats-Unis, Israël et l'Arabie Saoudite, qui ont entrepris ces derniers mois une série d'initiatives qui semblent destinées à amener la région au bord d'une autre guerre.

De l'actuel siège saoudien au Qatar à la guerre en cours au Yémen, toutes ces mesures ont tenté sans succès de déstabiliser le statu quo actuel de la région. La déclaration de Trump sur Jérusalem est sur cette même ligne.

Jérusalem est une pierre angulaire de l'identité et de la fierté bien au-delà de la Palestine. C'est un symbole de la résistance arabe. Les Palestiniens ont déjà protesté avec un nombre croissant de personnes blessées en raison de la répression israélienne, dans le monde arabe a manifesté dans les rues et le week-end ont organisé des concentrations contre les consulats américains dans le monde.

Cependant, les conseillers de Trump ont eu tort s'ils pensaient que reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël allait provoquer ses opposants, en particulier l'Iran et ses alliés, assez pour déclencher la guerre dans la région.

En outre, la décision prise par Trump en rapport à Jérusalem a affaibli l'axe États-Unis-Israël-Arabie saoudite, forçant les dirigeants saoudiens à reculer, au moins temporairement, dans leur normalisation de plus en plus ouverte des relations avec Israël.

Trump n'a peut-être pas été capable de provoquer une autre guerre, mais il pourrait sûrement provoquer des approches alternatives pour résoudre le conflit.

Vieille- Ville de Jerusalén


Approches alternatives
La question fondamentale derrière la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël est la reconnaissance arbitraire de la souveraineté israélienne sur la ville.

Jérusalem a un statut spécial  en vertu du droit international. La communauté internationale ne reconnaît pas la souveraineté israélienne sur aucune partie de Jérusalem et, par conséquent, ne reconnaît pas cette ville comme la capitale d'Israël. En outre, depuis 1967, Israël a occupé, annexé et illégalement colonisé Jérusalem-Est.

La déclaration de Trump a donné à Israël le feu vert pour continuer son occupation, l'apartheid et le nettoyage ethnique basé sur l'acquisition illégale de territoire par la force. Particulièrement à Jérusalem, les Palestiniens se préparent à plus de démolitions de maisons, plus de répression, plus de colonies et plus d'expulsions.

L'expansion des colonies du bloc E1 et le déplacement des communautés bédouines à l'est de Jérusalem vont s'accélérer.

Avec cette mesure, Trump a également affirmé le droit des États-Unis de piétiner le droit et le consensus international, et redéfinir la souveraineté territoriale dans le monde entier à sa guise.

Le silence de la communauté internationale légitimerait ce mépris du droit international. Stopper ce mépris devrait être une responsabilité mondiale envers l'humanité.

Retour à la solution d'un Etat
La tentative du gouvernement américain de rendre unilatéralement la capitale de Jérusalem à Israël est conforme à la déclaration de Trump de début d'année, selon laquelle il a mis fin à l'engagement des États-Unis à une solution à deux États. Sans Jérusalem, un Etat palestinien est impensable.

Israël a fermé depuis longtemps toute possibilité d'une solution à deux États. Le mur d'apartheid de huit mètres de haut qui nous sépare de nos terres agricoles et qui isole nos communautés, l'augmentation quotidienne des colonies et le siège brutal auquel est soumise la bande de Gaza ont rendu cette solution impossible.

Aujourd'hui plus que jamais, la communauté internationale doit accepter ce qu'elle a déjà dénoncé comme « une réalité d'Etat », la résolution de 2016 du Conseil de sécurité de l'ONU qui condamne la politique d'implantation de colonies d'Israël.

Israël a étendu un régime d'apartheid cruel à toute la Palestine historique et ce qu'il faut faire, c'est mettre fin à cette réalité illégale et qui viole les droits de l'homme.

Si ce que la communauté internationale veut, c'est une solution d'un État, je suis sûr que nous, les Palestiniens, sommes disposés à accepter cette option. Dès le début, notre proposition de justice a été l'autodétermination dans une terre avec des droits égaux pour tous les citoyens sans distinction de religion.

Cette solution respecte notre droit à l'autodétermination et aux droits de l'homme pour tous, y compris le droit au retour de nos réfugiés. Naturellement, vous devez prévoir une réparation pour les pertes et dommages subis.

Ce que les Palestiniens ne vont pas accepter est ce que le chef de la politique étrangère de l'Union européenne Federica Mogherini à défini correctement comme « une réalité d'un Etat sans égalité des droits et d'occupation et de conflits perpétuels. »


Carte: Colonies juives en Cisjordanie. Légende:
  • en bleu clair, zones de Cisjordanie contrôlées par Israël;
  • en bleu foncé, colonies juives illégales selon le droit international;
  • en jaune, zones sous contrôle total ou partiel des Palestiniens;
  • en rouge, avant-postes israéliens.
  • Ligne verte, frontière de 1949, [l'appel] Ligne Verte;
  • ligne noire: limites de la ville de Jérusalem;
  • bande rouge, mur de Cisjordanie: continu, déjà construit et discontinu en construction.

Un processus visant à la justice
Une autre nouveauté implicite dans la déclaration de Trump à propos de Jérusalem est, qu'il est hors de question, pour la direction étasunienne, de tout autre processus de paix.

Si leurs conseillers croient qu'ils peuvent pousser les Palestiniens à accepter un autre accord [de paix] qui ne semble que légèrement meilleur que la déclaration de Jérusalem, ils n'ont pas compris que les Palestiniens n'ont pas besoin d'un autre accord, mais ont besoin de justice, liberté et égalité.

Nous résistons depuis cent ans et il n'y a aucune raison de penser que quelque chose nous obligera à trouver un accord pendant la présidence de Trump.

Nous n'avons même pas besoin d'un processus de paix. Dans le passé, ces négociations ont principalement aidé Israël à poursuivre sa politique de colonies illégales alors que le monde a utilisé l'argument de "pour ne pas entraver les négociations" pour masquer son incapacité à faire pression sur Israël.

Trump a même invalidé la raison d'être de l'Autorité nationale palestinienne (ANP), qui a été créée pour administrer les Palestiniens occupés pendant le processus de paix en vue d'un État palestinien. Apparemment, cela ne sert même plus les intérêts américains.

La seule option raisonnable laissée à l'ANP est de renoncer à son rôle politique, de cesser immédiatement de servir les intérêts d'Israël en réprimant son propre peuple et de devenir une agence qui fournit au peuple palestinien les services nécessaires.

Il peut y avoir d'autres acteurs qui tentent de combler le vide laissé par les Etats-Unis en renonçant à l'un de ses instruments clés de son hégémonie dans la région. Cependant, avant de nous demander qui peut diriger la nouvelle impulsion diplomatique, il est important de savoir quelles nouvelles voies doivent être suivies.

Devant le refus probable d'Israël a accepter qu'un autre acteur mène les négociations, la seule option possible est un effort concerté pour forcer Israël à accepter le droit international et les droits de l'homme à travers des instruments qui, en plus d'être tenus de rendre compte devant la justice, ceux qui violent la loi rendant l'occupation israélienne et l'apartheid insoutenables.

Sur le terrain, cela se traduit par un double engagement à organiser les protestations populaires et la désobéissance croissantes parmi les Palestiniens de toutes les terres sous contrôle israélien.

Nouvelles idées
Il est maintenant temps de travailler activement pour surmonter la fragmentation qu'Israël nous a imposée à travers des checkpoints, murs, siège et un statut juridique différent devant ses autorités. Il est temps de créer un nouveau leadership uni au lieu de l'ANP obsolète pour apporter de nouvelles idées à notre lutte.

Sur la scène internationale, nous devons compter tous ceux qui souhaitent faire appliquer le droit international, les droits de l'homme et la justice pour la Palestine. Aujourd'hui, il est plus urgent que jamais que le mouvement soutienne le Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre les violations des droits de l'homme commises par Israël.

Les États devraient également maintenant supprimer les outils qui, dans le passé, ont réussi à éliminer «la réalité d'un État sans droits égaux», c'est-à-dire avec l'apartheid. Il est essentiel de mettre fin à la même situation habituele.

Une bonne manière de commencer est de s'assurer que d'ici la fin de l'année la base de données produite par le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies sur les entreprises impliquées dans le projet d'implantation illégale d'Israël, y compris les colonies à Jérusalem, soit dûment publiée, et s'assurer que les sociétés figurant sur cette liste ne reçoivent pas de contrats, de subventions ou d'autres aides publiques.

Là, sont les processus alternatifs pour atteindre la justice, la liberté et l'égalité pour les Palestiniens que Trump a rendu presque inévitable hier. Une nouvelle idée qui peut non seulement sauver Jérusalem mais apporter la paix dans la région.

Jamal Juma' est né à Jérusalem et a fréquenté l'Université de Birzeit où il a commencé son activité politique. Depuis la première Intifada, il s'est concentré sur l'activisme dans le mouvement populaire. Depuis 2002, il est le coordinateur de la Campagne populaire palestinienne contre le Mur d'Apartheid (Mur de l'Apartheid campagne populaire palestinienne) et depuis 2012 est le coordinateur de la Coalition pour la défense de la terre (Coalition pour la défense des terres), une coalition de mouvement populaire palestinien.



Pour contrer la déclaration Russo/Syrienne sur la déroute de Daech, c'est naturellement que ce mardi 12/12/2017. France 2 diffuse (par hasard, bien entendu) une émission présenté par Laurent Delahousse sur la Syrie de Bachar El-Assadl et les atrocités de la guerre où il y dénonce les viols de l'armée syrienne.
Pourquoi cet escroc, affilié à la pensée dominante,  ne dénonce-t-il pas les viols commis par l'armée américaine en Irak et ailleurs, ou les horreurs et viols commis par l'armée israélienne, l'armée française en Afrique, l'Etat Islamique, Bocoharam [...] Non il dénonce Bachar El-Assad.
N'importe quel journaliste soucieux de la déontologie qui régit sa profession aurait fait une émission sur les horreurs de la guerre en général, de l'armée syrienne et les exemples cités.

Non ce minus, ce laquais de la pensée dominante, manipule le téléspectateur en lui insufflant sa vérité …